Hélène Pedneault 

Écrivaine, féministe, indépendantiste, environnementa­liste, journaliste et metteure en scène, elle laisse son empreinte de femme engagée, éprise de liberté. Elle se fait connaître par ses écrits et sa participation à l’équipe éditoriale du magazine féministe La Vie en rose. Hélène Pedneault est cosignataire du Manifeste pour un Québec solidaire en 2005. Elle marque, par ses multiples sources d’intérêt et ses prises de position, l’histoire du mouvement des femmes au Québec.

 

Hélène Pedneault s’élève contre la bêtise humaine et s’engage à fond de train sur de nom-breux enjeux de so­ci­été comme l’eau potable, le féminisme, la justice sociale et la souve-raineté. Son engagement s’exprime particulièrement par sa prise de parole et son écriture. Elle laisse à la postérité une œuvre littéraire composée de onze titres, dont: Pour en finir avec l’excellence, en 1989, La douleur des volcans, en 1992, et Tout Clémence, en 1993. Elle participe à plu­sieurs émissions d’affaires publiques, à la radio, sur les enjeux sociaux, environnementaux et politiques.

 

Hélène Pedneault obtient le titre posthume de Patriote de l’année, en 2009, décerné par la So-ciété Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Née à Jonquière, le 14 avril 1952, elle succombe à un cancer, le premier décembre 2008, à l’âge de 56 ans.

 

On a inscrit sur sa pierre tombale: «Cette enfant avait l’énergie de la Manic et le dos large comme un pays à faire. Elle le porta en criant «Eau secours», en écrivant des livres chauds comme des volcans et tranquilles comme des lacs.»

 

Résumé biographique rédigé par Claude Morin, journaliste

  • Facebook

©2020 Tous droits réservés Musée des Grands Québécois.