Alice Parizeau

Née Alice Poznanska, elle voit le jour à Cracovie, en Pologne, le 28 juillet 1930 et meurt au Québec, le 30 septembre 1990, à l’âge de 60 ans. Elle vit les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, avec la disparition de son père dans les camps de la mort en 1942. Deux ans plus tard, sa mère est fusillée. Alice Poznanska est fait prisonnière et déportée au camp de concentration de Bergen-Belsen, en Allemagne.

 

À la libération, en 1945, elle se rend à Paris grâce à ses oncles qui ont fui la Pologne de la guerre. Elle apprend le français, obtient un baccalauréat ès lettre, un certificat en sciences politiques et une licence en droit. Alice Poznanska émigre au Québec en 1955 et devient journaliste. Elle écrit pour Cité libre, Châtelaine, La Presse, La Patrie, Le Devoir et le magazine Maclean. Elle devient l’épouse de l’homme public, Jacques Parizeau.

 

Éprise de justice et de liberté, elle est aussi criminologue et écrit divers ouvrages consacrés aux enfants maltraités, dont L’Envers de l’enfance, Ces jeunes qui nous font peur et L’adolescent et la société. Son roman Les lilas fleurissent à Varsovie remporte un premier prix en Europe et la fait mieux connaître par le public québécois. Elle publie, au fil de sa carrière, plus de vingt-cinq ouvrages sous forme d’essais et de romans. Elle reçoit la Médaille de l’Université du Québec à Rimouski, en 1983.

 

 

Résumé biographique rédigé par Claude Morin journaliste

  • Facebook

©2020 Tous droits réservés Musée des Grands Québécois. Site Web Germaine l'Agence.