Anne Hébert 

Écrivaine prolifique d’abord influencée par son cousin, le poète Saint-Denys Garneau, elle amorce sa longue carrière d’auteure avec un recueil de poèmes intitulé Les son­ges en équilibre, paru en 1942. Son parcours d’écriture, échelonné sur six décennies, comprend dix romans, huit scénarios de films, cinq pièces de théâtre et cinq recueils de poésie. Elle travaille pendant une dé­cen­nie sur son second ouvrage, Le tombeau des rois, qui paraît en 1953.

 

Son premier roman, publié en 1958 et intitulé Les chambres de bois, est une réussite. Après la mort de sa mère en 1965, Anne Hébert vit un exil de 32 ans à Paris. Elle écrit, dans la Ville Lumière, deux œuvres majeures qui remportent un franc succès: Kamouraska, en 1970, avec lequel elle remporte le Prix des libraires de Fran­ce, et Les fous de Bassan, en 1982, qui lui procure le prix Femina. Anne Hébert a été récompensée par une vingtaine de prix lit­­téraires différents entre 1943 et 2000.

 

Elle revient au Québec en 1998. Son dernier roman, Un habit de lumière, est publié l’année suivante, en 1999. Deux de ses romans portés au grand écran, Kamouraska en 1973 et Les fous de Bassan en 1987, font la joie des cinéphiles.

 

Née le 1er août 1916 à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, elle vit son enfance à Québec et meurt le 22 janvier 2000 à Montréal, à l’âge de 83 ans.

 

Résumé biographique rédigé par Claude Morin, journaliste.