Thérèse Casgrain 

Humaniste, réformiste, féministe, femme politique et sénatrice  canadienne, Thérèse Casgrain s’est fait connaître pour avoir dirigé le mouvement pour obtenir le droit de vote des femmes au Québec. Surnommée la «Suffragette en chef», elle amorce sa longue marche vers l’ob-tention du droit de vote, entre les deux Grandes Guerres mondiales. La victoire des femmes est obtenue en 1940. Thérèse Forget-Casgrain se pré­sente d’ailleurs comme candidate indé-pendante-libérale dans la circonscription de Charlevoix-Saguenay, en 1942.

 

Elle devient, en 1951, la première femme à devenir chef d’un parti politique au Québec, à la tête du Parti social-démocratique, le PSD. Elle affronte ainsi un adversaire politique de taille, le premier ministre Maurice Duplessis.

 

Thérèse F-Casgrain fonde en 1966, la Fédération des femmes du Québec afin de coordonner les diverses associations de femmes dans la province. Le regroupement est reconnu en 1967, l’année choisie par les Nations unies pour souligner les droits de la personne. En 1969, elle accepte la présidence québécoise de l’association des consommateurs du Canada. Le premier ministre Pierre-Elliott Trudeau, la nomme au Sénat canadien en 1970. Thérèse Forget-Cas-grain y siège comme sénatrice indépen­dante. Elle recevra diverses récompenses, dont douze doctorats hono­rifiques en droit décernés par autant d’universités canadiennes.

 

Née le 10 juillet 1896 à Montréal, elle s’éteint le 3 novembre 1981. Jusqu’à sa mort, à l’âge de 85 ans, elle demeure active au sein de différentes œuvres de charité et à la défense des droits des consommateurs.

 

Résumé biographique rédigé par Claude Morin journaliste.

  • Facebook

©2020 Tous droits réservés Musée des Grands Québécois.