Pierre Falardeau 

Cinéaste, écrivain et militant indépendantiste, il se fait connaître pour son franc-parler et ses positions provoca­trices qui mêlent la réflexion intellectuelle et le joual. Plusieurs de ses sorties publiques ont d'ailleurs fait l’objet de controverses. Pierre Falardeau opte aussi pour la dérision avec son personnage culte d’Elvis Gratton, évoluant dans un fédéralisme caricatural et délirant. Le personnage prin­cipal est interprété par son ami Julien Poulin, qui joue un Elvis absurde dans une série de trois films qui font doré­navant partie du folklore québécois.

 

La filmographie de Pierre Falardeau compte une vingtaine de courts et de longs mé­trages, dont Le party en 1989, qui porte sur l’univers carcéral, Le steak en 1992, qui porte sur la boxe, et Le temps des bouffons en 1993, un film choc tourné lors d’un banquet privé du Beaver Club à Montréal. 

 

Il réalise également deux films à caractère historique et politique: Octobre et 15 février 1839. Le premier relate la mort du ministre Pierre Laporte lors de son enlèvement par les membres de la cellule Chénier du Front de libération du Québec, le FLQ. Le second, réalisé en 1996, met en scène Luc Picard dans le rôle de François-Marie-Thomas, Chevalier de Lorimier, condamné à la pendaison à la suite de la rébellion des Patriotes de 1837. Luc a d'ailleurs remporté le prix Jutra du meilleur acteur pour ce rôle en 2002.

 

Né à Montréal le 28 décembre 1946, Pierre Falardeau meurt à l’Hôpital Notre-Dame le 25 septembre 2009, des suites d’un cancer du rein, à l’âge de 62 ans.

 

Résumé biographique rédigé par Claude Morin, journaliste.