Gabrielle Roy 

Écrivaine d’origine manitobaine, elle obtient, en 1947, le Prix Femina en France et le Prix du Gouverneur gé­néral du Canada pour son roman Bonheur d’occasion, publié deux ans auparavant. L’ouvrage connaît un vé­ri­table succès. Gabrielle Roy dresse, dans ce récit, un portrait touchant et réaliste de la vie des résidents du quartier Saint-Henri de Montréal. Suivront, dans les années 1950, les titres La petite poule d’eau et Rue Deschambault, qui racontent ses années d’enfance et d’enseignante vécues au Manitoba. 

 

Elle épouse un médecin de Saint-Boniface en 1947; le couple s’établit à Québec en 1952 après un petit sé­jour en Europe. En 1957, ils achètent un chalet à Petite-Rivière-Saint-François, dans Charlevoix. C’est à cet endroit qu’elle continuera d’écrire jusqu’à sa mort, en 1983. Son autobiographie, ayant pour titre La détresse et l’enchantement, sera publiée à titre posthume en 1984. Gabrielle Roy y relate sa vie, de son enfance au Manitoba jusqu’à son établissement dans la ville de Québec.

 

Cette importante écrivaine francophone a reçu de nom­breux prix littéraires, et la bibliothèque principale du ré­seau des 25 bibliothèques de la Ville de Québec, rue Saint-Joseph Est, a été nommée en son honneur. Elle a aussi remporté un dernier Prix du Gouverneur général en 1978 pour son roman Ces enfants de ma vie.

 

Née le 22 mars 1909 à Saint-Boniface, au Manitoba, elle meurt à Québec le 13 juillet 1983, à l’âge de 74 ans. Une dizaine d’ouvrages posthumes, rédigés en tout ou en partie par elle, ont été publiés depuis sa mort.

 

Résumé biographique rédigé par Claude Morin, journaliste.