Joseph-Armand Bombardier

Il voit le jour à Valcourt, en Estrie, le 16 avril 1907 et s’éteint à Sherbrooke le 18 fé­vrier 1964, à l’âge de 56 ans. Il conçoit divers véhicules munis de chenilles pour effectuer des déplacements sur la neige. Autodidacte, Joseph-Armand Bombardier s’intéresse à la mécanique dès son jeune âge. À 19 ans, il possède son propre garage et répare des voitures. Lorsque son fils meurt, faute d’avoir pu être transporté à l’hôpital lors d'une tempête hivernale, il décide de construire un véhicule capable de rouler sur la neige.

 

Il fait d’abord breveter, en 1937, un barbotin-chenille constitué d’un engrenage enveloppé de caoutchouc et de chenilles agrippées aux roues arrière d’une voiture à neige. De cette première expérience naît son autoneige B7, qui deviendra un succès commercial. En 1941, il améliore le principe et crée le B12, un minibus sur neige capable de transporter douze passagers. Durant la Seconde Guerre mondiale, il fabrique, dans un atelier montréalais, des véhicules militaires chenillés.

 

De retour à Valcourt après la guerre, il conçoit divers motorisés tout-terrains dont le Muskeg, utilisé en forêt et dans l’exploitation minière. En 1959, il présente son prototype de motoneige doté d’un moteur à deux temps: le dorénavant célèbre Ski-Doo de Bombardier. L’autoroute 55 a d'ailleurs été nommée en son honneur, et son histoire est racontée au Musée de l'ingéniosité J. Armand Bombardier de Valcourt. 

 

Aujourd’hui, l’empire in­dustriel Bombardier occupe une place déterminante à l’échelle mondiale, aussi bien dans les marchés du transport sur rails, des trains et des métros que dans celui de la construction aéronautique et des véhicules récréatifs.

 

Résumé biographique rédigé par Claude Morin, journaliste.