Idola St-Jean 

Journaliste, éducatrice, militante et féministe. Originaire de Montréal, elle enseigne le français à l’Université McGill. Elle a côtoyé le poète Émile Nelligan. Idola Saint-Jean fonde en 1922 avec Thérèse Forget-Casgrain le Comité provincial pour le suffrage féminin, devenu plus tard la Ligue des droits de la femme. Elle fonde aussi l’Alliance canadienne pour le vote des femmes en 1927. Les Québécoises obtiennent finalement le droit de vote et d’éligibilité le 25 avril 1940, et votent pour la première fois aux élections générales provinciales de 1944. Idola Saint-Jean est immor-talisée dans le monument dédié aux femmes en politique le long du Parlement de Québec, en compagnie des Marie Lacoste-Gérin-Lajoie, Thérèse Forget-Casgrain et Claire Kirkland-Casgrain.

 

Militante active, Idola Saint-Jean est une communica­trice hors pair car elle utilise les moyens de communication de son époque avec brio: allocutions radiophoniques, manifestations et confé-rences. Elle peut ainsi mieux véhiculer son message de justice sociale et d’égalité des sexes. Parallèlement à son militantisme, elle donne plusieurs heures de son temps comme bénévole auprès des jeunes délinquants. La Fédération des femmes du Québec remet le Prix Idola Saint-Jean en son honneur. Ce prix québécois vise à souligner la contribution exceptionnelle d’une femme ou d’un groupe de femmes à l’amélioration de la situation des femmes au Québec et à l’avancement du féminisme. Le parc Idola-Saint-Jean lui rend hommage dans l’arrondissement montréalais Rosemont-La Petite-Patrie.

 

Elle est née le 19 mai 1880 à Montréal et y meurt le 6 avril 1945, à l’âge de 64 ans.

 

Résumé biographique rédigé par Claude Morin journaliste

  • Facebook

©2020 Tous droits réservés Musée des Grands Québécois. Site Web Germaine l'Agence.