Jacques Parizeau

 

Jacques Parizeau naît en 1930 et meurt en 2015. Enfant, il s’implique dans le scoutisme et étudie au Collège Stanislas de Montréal. Il se dirige ensuite vers les Hautes études commerciales de Montréal, puis à Paris, où l’Institut d’études politiques et la Faculté de droit l’admettent comme brillant élève. Jacques Parizeau obtiendra,de plus, le titre de Ph. D. de la London School of Economics.

Partisan de l’intervention de l’État dans l’économie, il conseille les gens les plus influents du gouvernement du Québec durant les années 1960. Considéré comme l’architecte de la Révolution tranquille, il joue un rôle-clé en coulisses, pendant cette période, dans la nationalisation de l’électricité et la création du Régime des rentes du Québec.

D’abord fédéraliste, Jacques Parizeau change de camp et devient souverainiste en 1967, sur le train qui le mène à Banff pour y prononcer une conférence, et se joint au Parti québécois le 19 septembre 1969.

Ministre des Finances du Québec sous le gouvernement de René Lévesque, il rompt avec lui et son idée du « beau risque » en 1984 après l’échec de négociations constitutionnelles entre les provinces et le fédéral (Lévesque s’étant alors départi de l’objectif de réaliser, à court terme, l'indépendance du Québec).

Le 19 mars 1988, il devient le chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale du Québec.

Il mènera le Parti québécois à la victoire électorale le 12 septembre 1994, formant ainsi un gouvernement majoritaire et devenant premier ministre du Québec. Parizeau promet de tenir un référendum sur la souveraineté du Québec,qu’il perd de justesse le 30 octobre 1995.

Résumé biographique rédigé par Claude Morin, journaliste