Jean_Beliveau.jpg
Jean Béliveau 

Hockeyeur, gentleman et philanthrope. Homme d’une grande prestance, affable et à l’écoute des autres, le «Gros Bill» a incarné l’esprit d’équipe et l’amour du hockey durant toute sa vie. De son propre aveu, son plus grand honneur aura été d'être élu capitaine par ses coéquipiers. Jean Béliveau a porté le C sur son chandail des Canadiens pendant dix saisons, de 1961 à 1971, le plus long règne dans l’histoire de l’équipe.

 

Au cours de ses vingt saisons comme joueur des Canadiens, il a remporté dix coupes Stanley, deux trophées Hart (joueur le plus utile), un trophée Conn-Smythe (joueur le plus utile des séries) et un trophée Art-Ross (meilleur marqueur de la LNH). À 15 ans, il joue pour les Panthères de Victoriaville de l’Association de hockey intermédiaire du Québec (AHIQ). Béliveau intègre les Tigres de Victoriaville de la Ligue de hockey junior du Québec (LHJQ) lors des saisons 1947-1948 et 1948-1949. Il évolue ensuite pendant deux saisons au sein des Citadelles de Québec (LHJQ), puis pendant deux autres saisons avec les As de Québec de la Ligue de hockey senior du Québec (LHSQ). Le 5 octobre 1953, Jean Béliveau signera avec Frank Selke, le directeur général du Canadien, un lucratif contrat pour l’époque d’une durée de cinq ans évalué à 100 000 $. Membre du Temple de la renommée du hockey dès 1972, il est nommé Officier de l’Ordre du Canada en 1971 et Grand officier de l’Ordre national du Québec en 2010.

 

Le Colisée Jean-Béliveau l’honore désormais à Longueuil. Deux statues ont aussi été érigées en sa mémoire, l'une à Longueuil et l'autre à la Place du Centenaire du Centre Bell de Montréal. Le 4 octobre 1971, le numéro 4 de Jean Béliveau a été retiré et élevé au plafond du Forum. Né à Trois-Rivières le 31 août 1931, il meurt à Longueuil le 2 décembre 2014.

Résumé biographique rédigé par Claude Morin, journaliste

  • Facebook

©2021 Tous droits réservés Musée des Grands Québécois. Site Web Germaine l'Agence.